Tu joues, tu meurs ! de Yannick Provost

L’adolescence est une période faussement heureuse, ouverte sur des espoirs dissimulés. Dès son plus jeune âge, Fantine avait fait une croix sur ses rêves. Seul ce qui était factuel était vrai. Cartésienne, elle vivait le moment présent. Seul celui-là comptait.

Un roman qui met son lecteur GAME OVER

Une bande de jeunes gamers cosmopolite se déchaîne sur console afin de remporter un tournoi de jeu de stratégie, réputé ingagnable. Hélas la partie est moins innocente qu’il n’y paraît, et la victoire est amère. L’agence conceptrice du jeu Clean-Planet n’est autre qu’un groupe politique sulfureux qui tente de maîtriser définitivement le monde informatique… Paniqués par la maîtrise technique dont font preuve ces incroyables geeks, le Chanoine, dirigeant de cette sinistre officine, et ses commanditaires décident donc d’éliminer tous les joueurs… Fantine, l’héroïne, cible prioritaire des assassins va être secourue par un ancien sniper…

Rythme, tension narrative, humour, fluidité sont les points forts de ce premier roman de Yannick Provost.

Du rythme du début à la fin. Yannick ne nous laisse pas reprendre notre souffle et nous entraîne dans une course effrénée tout au long des 315 pages que compte le bien nommé « Tu joues, tu meurs! » TJTM pour les intimes. De la tension narrative parce que page après page, Yannick nous plonge dans l’univers qu’il a créé pour nous sans jamais nous perdre. Pas de baisse de rythme, pas de soufflet qui retombe à la sortie du four, TJTM est à lecture ce qu’est Roblox pour mon fils: addictif. De l’humour, des punchlines bien placées qui sont la Yannick touch. Parce que c’est là que je retrouve le Yannick que je connais. Il a su mettre dans TJTM l’humour dont il fait preuve au quotidien et croyez-moi, sourire est le meilleur remède contre les rides ! Côté plume Yannick surprend pour un premier roman. C’est fluide, c’est vif. Pas de fausse note de ce côté. Yannick développe un style qui lui est propre et qu’il est bon d’avoir des auteurs avec une identité de plume.

Côté intrigue, si comme moi vous êtes à des millions de kilomètres du geek’s world pas de panique, le talent de Yannick évite l’écueil du « je me sens perdu » ou du trop « spécialiste » que l’on peut retrouver dans certains thrillers à portée scientifique. Le glossaire, bien que mal placé dans le livre (pas pratique d’aller chaque fois en fin de roman), participe à la bonne compréhension de l’ensemble. On sent la maîtrise du domaine informatique et des jeux vidéos sans avoir le sentiment d’être dans un roman en mode « expert ».

Enfin, ce roman c’est aussi des thèmes dont un que je sais cher à l’auteur : la famille. On sent l’amour paternel qui affleure dans les personnages qu’il a construit. Un Gepetto de la plume qui a sculpté une Fantine que l’on a envie de retrouver très vite.

TJTM est un roman parfait pour les fans de thriller de tous bords ! Des thèmes fouillés, de l’action, un style percutant, une intrigue bien menée, des personnages attachants. Un cadeau idéal pour les « papa » que l’on fête bientôt, ou encore pour s’évader en vacances cet été.

En attendant vos avis, je vais jeter un coup d’œil sur l’ordinateur de mon fils, j’ai 2/3 choses à vérifier…

Tu joues, tu meurs ! de Yannick Provost, publié le 09/04/21 aux éditions Lajouanie.


4 réflexions sur “Tu joues, tu meurs ! de Yannick Provost

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s