Le chant d’Achille, de Madeline Miller

La gloire est une chose étrange. Certains y accèdent après leur mort, mais celle des autres peut aussi s’estomper avec les années. Ce qui est admiré par une génération peut être abhorré par une autre, explique-t-il en ouvrant ses larges mains. Nous ne pouvons pas prévoir ce qui survivra à l’holocauste de la mémoire.

Ce ne sont encore que des enfants : Patrocle est aussi chétif et maladroit qu’Achille est solaire, puissant, promis par sa déesse de mère à la gloire des immortels. En grandissant côte à côte, l’amitié surgit entre ces deux êtres si dissemblables. Indéfectible.
Quand, à l’appel du roi Agamemnon, les deux jeunes princes se joignent au siège de Troie, la sagesse de l’un et la colère de l’autre pourraient bien faire dévier le cours de la guerre… Au risque de faire mentir l’Olympe et ses oracles.

Il y a quelques jours, je vous parlais de Circé. Charmée par le style de Madeline Miller, je me suis empressée d’acheter son premier roman, Le chant d’Achille, dont je vous parle aujourd’hui.

Quel plaisir de retrouver la plume de l’auteur qui a cette capacité de rendre les Dieux et la mythologie plus sexy que les rugbymen du Stade Français ! Passionnantes, vivantes, intemporelles, les légendes grecques prennent un coup de jeune avec Madeline Miller. En quelques mots, elle vous happe, vous arrache à votre canapé et vous entraîne à sa suite pour un voyage dans le temps, au cœur de l’antiquité et de ces mythes fascinants.

Le chant d’Achille est un récit mené par Patrocle, et c’est bien lui, à mon sens, le héros de cette histoire. Oubliez le film Troie, Brad Pitt et les libertés prises par les scénaristes du film, vous n’y trouverez rien qui ne soit conforme au mythe si ce n’est des patronymes et l’enlèvement d’Hélène. D’ailleurs, l’épisode de Troie ne représente qu’un tiers du roman. Le reste c’est une histoire d’Amour. Non je ne me suis pas trompée, la majuscule est volontaire, parce que c’est bien d’Amour avec un A majuscule dont il s’agit.

Patrocle et Achille. L’un est chétif et timide, l’autre charismatique et habile dans tout ce qu’il fait. Sous la plume pleine de tendresse de Madeline Miller, j’ai suivi leur amour naissant, l’évolution de leur histoire, ces sentiments purs qui les liaient et qui les lieront jusque dans la mort. Dévouement, abnégation, fidélité, passion sont autant de valeurs qui tourbillonnent au fil des pages que l’on tourne sans pouvoir s’arrêter.

Faire fi du regard des autres, combattre la haine de Thétis, mère d’Achille et Néréide cruelle, grandir ensemble, déjouer les pièges, s’aimer, se protéger, devenir des hommes, guerroyer, défendre les valeurs chères à leurs cœurs, se perdre, succomber… Voilà la vie de ces deux êtres qui se sont profondément aimés. Une vie que j’ai découvert avec avidité. Des vies que j’ai chéri tant j’étais touchée par la manière dont Madeline Miller sculptait ces deux personnages, leur insufflant un souffle de vie à chaque page.

Le chant d’Achille , tout comme Circé, est un roman passionnant, touchant, envoûtant. Un aller retour au cœur de la mythologie grecque sans professeur aussi poussiéreux que ces histoires d’un autre temps. Des histoires qui risquent de disparaître si elles ne sont pas transmises. Rien que pour cela, Madeline Miller devrait être étudiée au lycée ! Elle a su rendre sexy des mythes oubliés et donner l’immortalité qu’ils méritent à Achille, Patrocle, et Circé.

Le chant d’Achille, de Madeline Miller, publié chez Pocket en avril 2015.


4 réflexions sur “Le chant d’Achille, de Madeline Miller

Répondre à Nath - Mes Lectures du Dimanche Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s