Circé, de Madeline Miller

Au-dessus de nos têtes, les constellations plongent et tournoient. Ma divinité brille en moi comme les derniers rayons du soleil avant qu’ils ne sombrent dans la mer. Jadis, je pensais que les dieux étaient le contraire de la mort, mais je vois maintenant qu’ils sont plus morts que tout le reste, car ils sont immuables et ne peuvent rien tenir dans leurs mains.

Un vent d’indépendance et de liberté

Helios, dieu du soleil, a une fille : Circé. Elle ne possède ni les pouvoirs exceptionnels de son père, ni le charme envoûtant de sa mère mais elle se découvre pourtant un don : la sorcellerie, les poisons et la capacité à transformer ses ennemis en créatures monstrueuses. Peu à peu, même les dieux la redoutent.
Son père lui ordonne de s’exiler sur une île déserte sur laquelle elle développe des rites occultes et croisent tous les personnages importants de la mythologie : le minotaure, Icare, Medée et Ulysse…

Circé la curieuse. Circé d’abord soumise puis insoumise. Circé libre.

Circé enfant. Circé sœur. Circé maîtresse. Circé femme. Circé mère.

Circé curieuse. Circé rêveuse. Circé sage. Circé humaine.

Mais quel roman ! Une plume fluide, agréable, envoûtante, tout autant que l’est Circé la sorcière. Une plongée dans la mythologie grecque dépoussiérée par le style moderne de Madeline Miller.

La mythologie m’a toujours fascinée. Laisser mon imaginaire s’égarer au milieu des Dieux et des Déesses qui, aujourd’hui encore, alimentent tant la littérature que le cinéma, est un réel plaisir. La lecture de ce livre n’a pas fait exception. J’ai voyagé, j’ai aimé, j’ai tremblé, je me suis rebellée, à l’image de ce personnage si mal connu.

Outre avoir croisé, au fil des pages, un grand nombre de Dieux et de Titans, j’ai succombé au charme de thèmes finement travaillés. Circé est non seulement un roman féministe, mais aussi une ode à la liberté, à la différence. Un cri pour se libérer des carcans, des convenances, un cri pour être soi. C’est également une opposition à la toute puissance de l’autorité, du pouvoir.

Circé c’est un autre regard sur la mythologie. Une façon plus sexy de découvrir les secrets de l’Olympe, les guerres entre Dieux du Mont et leurs ancêtres les Titans. Leurs petits complots, leur soif de pouvoir, leurs coups bas, les alliances et leur dédain pour les mortels. Circé c’est un petit bijou de littérature, passionnant, prenant.

Voilà, je m’enflamme, mais ce roman le mérite tellement… Envoûtant et sans doute ensorcelé par Circé elle-même, c’est un roman que j’aurais aimé ne jamais terminer et que j’ai quitté avec regrets.

Circé de Madeline Miller est paru en format tout doux chez Pocket le 02 mai 2019.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s