Une agate rouge sang de Frédérick Maurès

Quand on y pense, il existe tant de questions que l’on ne pense pas à poser aux êtres qui nous sont chers quand ils sont encore de ce monde et dont les réponses nous font parfois cruellement défaut lorsqu’ils nous ont quittés.

Chronique d’un roman où secrets et transmission ont la part belle

Dans un petit village, quelque part en France, Marie-Louise, une vieille dame presque centenaire, disparaît en léguant à celui qui s’occupe de son jardin, Mathieu Lambert, un appartement qu’elle possédait à Paris et qui est demeuré inoccupé depuis 1943.

Dans mes lectures dans le cadre du Prix des auteurs inconnus 2019, j’alterne découvertes et déceptions. Si en littérature noire j’enchaîne les déconvenues, en littérature blanche, c’est l’inverse et Une Agate rouge sang ne déroge pas au constat.

Frédérick Maurès nous conte une histoire qui touche, résonne, émeut. Alors certes, il y a des bémols et je commencerai par là pour clore sur le positif.

Soyons francs, la couverture n’est pas jolie. Des couleurs criardes et je cherche encore le lien avec le texte. Très sincèrement, si je la vois en librairie, je ne me jette pas dessus. Autre problème, une faute sur la première page du livre, dans le titre. ce dernier devient alors Une agate rouge sans. Une erreur fort dommage quand on présente son roman dans le cadre d’un prix littéraire. Enfin, j’ai eu un véritable problème avec le personnage principal. Agé de 77 ans, il est encore professeur ( je sais que l’âge de la retraite a été repoussé mais quand même), il maîtrise parfaitement les nouveautés en matière de téléphonie… Quelques incohérences qui, si elles n’ont pas gâché ma lecture, m’ont quand même sauté aux yeux.

Mais au delà de ces écueils, ce roman m’a émue. Frédérick Maurès maîtrise les mots. Sa plume est poétique, toute en images et en enluminures, un délice pour les amoureux de la langue française. L’écriture est soignée comme si chaque mot, consciencieusement choisit, avait été déposé, avec délicatesse et à la pince à épiler sur du papier vélin.

Sur le fond, l’auteur nous parle du deuil, des secrets de famille, de la transmission. Le choix de construction, sur différentes lignes temporelles, apporte du rythme à son récit qui, je le soupçonne, est peut-être inspiré, en partie, de faits réels. Les personnages qu’il nous livre sont palpables, vivants au delà des pages de ce court roman. J’ai d’ailleurs été particulièrement touchée par Marie-Louise qui m’a fait penser à une personne chère à mon cœur.

Frédérick Maurès, dans son récit, a également glissé des appels à la réflexions sur la vie, la mort, la Nature mais aussi la nature humaine, ce que j’ai particulièrement apprécié.

Une agate rouge sang, c’est une histoire de secrets de famille, c’est l’amour inconditionnel, c’est un voyage dans le temps au fil de la très jolie plume de son auteur.

Pour rappel, ce roman de Frédérick Maurès, lu dans le cadre du Prix des auteurs inconnus, a été publié le 14 décembre 2019.

Lien facebook : https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

Lien insta: https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

Lien twitter: https://www.twitter.com/prixdesai


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s