Reine de beauté de Amy K. Green

À mes yeux, elle n’était que l’incarnation de ce que mon père aurait voulu que je sois, et donc mon ennemie naturelle. Peut-être qu’il n’était pas trop tard pour apprendre à la connaître. Il fallait bien que quelqu’un le fasse.

Chronique d’une première réussie !

La communauté de Wrenton, dans le Maine, est sous le choc : le corps de Jenny Kennedy, reine de beauté de treize ans, vient d’être retrouvé à l’orée des bois, dans une chemise de nuit rose, un bouquet de fleurs à la main.
Le coupable ? Tous désignent un garçon simplet, fervent amateur de concours de miss.

Deux voix, deux lignes temporelles, c’est ainsi qu’est construit le premier roman d’Amy K. Green et c’est une jolie réussite.

Virginia, sœur de la victime, jeune femme torturée, veut à tout prix trouver le coupable de ce crime abject. Jenny, quant à elle, raconte les jours qui ont précédés son meurtre. La prise de risque était réelle, les possibilités de redondances nombreuses, mais l’auteur a su échapper à ces écueils et elle nous livre un thriller psychologique haltant.

Tel un petit poucet, Amy K. Green sème des indices pour nous mener vers le coupable de ce crime odieux, mais elle a pris le soin de nous promener d’abord. Fausses pistes, impasses, apparences trompeuses… L’ensemble est harmonieux et les pages se tournent d’elles-mêmes.

Un des points forts de ce roman est la psychologie des personnages. Leurs différents aspects sont finement travaillés au travers de sujets de société: alcoolisme, pédophilie, premiers émois amoureux. Amy K. Green évoque également la pression familiale, les blessures de la vie. D’ailleurs, dans cette galerie de personnages, l’un d’entre eux est particulièrement bien dépeint, Benjy. Premier suspect, ce jeune homme un peu simplet est attachant malgré ses travers, mais surtout il est terriblement vivant. Pourtant, il n’est pas aisé de décrire ce genre de personnage sans tomber dans la caricature.

Vous l’aurez compris Reine de beauté est, pour ma part, une réussite et un premier roman prometteur. Un style vif et dynamique, une intrigue rondement menée et une construction originale, il ne m’en fallait pas plus pour succomber au charme de cette nouvelle plume.

Reine de Beauté de Amy K. Green, publié le 20 mai 2020 chez Belfond Noir.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s