Au cœur des Flandres, venez visiter la librairie « Le Chef d’Œuvre Retrouvé » à Esquelbecq

En vacances dans mon Nord natal, il fallait absolument que j’aille à Esquelbecq, village du livre en Flandres.

Niché au cœur de la campagne flamande, Esquelbecq est un village typique de la région. Son église, son château, les lieux respirent l’histoire mais aussi les valeurs de notre région. Vous y croiserez des habitants souriants, des commerçants chaleureux car comme le dit Enrico Macias, Les gens du Nord ont dans le coeur le soleil qu’il n’ont pas dehors. Enfin, si effectivement nos cœurs sont remplis de soleil, l’astre du jour brillait bien haut au-dessus de nos têtes lors de nos ballades.

En 2006, Esquelbecq a fait le pari fou de devenir Village du livre, et il est le seul au nord de la capitale. Toute l’année, l’association organise des apéros littéraires, des bourses aux livres, des salons… Avec en point d’orgue La Nuit des Livres, le premier samedi du mois de juillet. Si vous avez un peu de chance, vous pourrez même croiser Ludovic Miserole. Notre jeune auteur, passionné d’histoire, est également un amoureux de ce village.

Maintenant que je vous ai parlé du village, laissez moi vous parler d’ André et de sa librairie « Le Chef d’Œuvre Retrouvé ».

André nous a accueilli avec son chapeau haut de forme, sa barbe blanche et sa bonne humeur. Personnage intrigant qui semble s’être échappé de l’un des livres de sa bouquinerie.

Sa librairie est une véritable caverne d’Ali Baba pour les amoureux de la lecture mais aussi des beaux livres.

Des livres neufs, des livres anciens… Toutes les littératures sont représentées : littérature classique, théâtre et poésie, littérature noire, littérature régionale. Il est impossible de ne pas y trouver son bonheur.

Une librairie où j’ai eu le sentiment d’être dans une machine à remonter le temps. En effet, André propose non seulement de beaux livres dans des rééditions collector, mais aussi des livres plus ou moins anciens. Des livres qui ont vécu. Des livres qui ont une histoire et cet aspect est, sans doute, celui qui me touche le plus. Pour moi, un livre doit vivre. Se prêter, être promené, passer de mains en mains pour nous enrichir des trésors qui se cachent entre leurs pages.

Evidemment, nous ne pouvions pas repartir les mains vides. De beaux livres, voilà ce qu’a souhaité Gabriele. Les trois mousquetaires, en deux tomes et un magnifique roman de Jules Verne.

Jamais deux sans trois, dit le proverbe. Je suis allée à Esquelbecq deux fois en cinq jours. Attirée comme un aimant. Ce samedi, j’irai une troisième fois, avec mes amis Elodie et Sébastien de la page Pour le meilleur et pour les livres . Je les emmènerai à la rencontre d’André, et des trésors cachés de ce petit joyau flamand.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s