La machine Ernetti, de Roland Portiche

Toute l’histoire des peuples, mon fils, repose sur des mensonges partagés. Des légendes, des actes supposés héroïques, des victoires qui n’en sont pas. Dévoilez ces mensonges, comme vous le ferez peut-être avec votre machine, et on vous clouera au pilori.

Chronique d’un roman qui m’a laissé sur ma faim

Mars 1938. Le physicien italien Ettore Majorana disparaît au large de la Sicile.
Avec lui, le projet secret sur lequel il travaillait depuis des années. Automne 1955. On retrouve par miracle les notes du physicien disparu.
Elles inspirent au père Ernetti une idée folle : construire une machine à voir dans le temps. Un chronoviseur. Sur ordre de Pie XII, le prêtre plonge deux mille ans en arrière. L’objectif est simple : prouver l’existence du Christ. Commence alors une course folle entre le Vatican, la CIA, le KGB et le Mossad. Car ce que le père Ernetti va découvrir, en pleine Guerre froide, pourrait changer l’ordre du monde. 

Cette quatrième, ainsi que la magnifique couverture m’avaient mis l’eau à la bouche. Les romans qui remettent en cause le côté messianique de Jésus, l’origine du christianisme, qui cherchent à prouver, par la science, que le christ n’était qu’un homme, s’étalent régulièrement dans les rayons de nos dealeurs de livres. Que l’on soit catholique ou non, pratiquant ou non, il faut avouer que nous sommes curieux. Si nous savons tous que Jésus a existé en tant qu’homme, qu’en est-il de l’époque exacte, des miracles, de ce qui est décrit dans les évangiles ? Était-il un simple rabbin ou réellement le fils de Dieu ? J’espérais secrètement, au travers de ce roman inspiré de faits réels, plonger à nouveau au cœur de ce grand débat, de cette lutte incessante entre science et religion. Malheureusement, je n’y ai pas trouvé ce à quoi je m’attendais.

Sur la forme, des chapitres courts qui impriment un rythme soutenu, une écriture que je qualifierais de commerciale, des dialogues simples. Un mélange parfait pour un roman grand public. Attention, ne vous méprenez pas, j’aime aussi les romans grand public, mais de celui-ci, j’attendais plus.

Mes attentes, c’est là que le bât blesse. Avec cette accroche de l’éditeur, je me voyais plonger dans une guerre entre science et religion, j’imaginais les aspects géopolitiques plus développés, j’ai espéré en savoir davantage sur les secrets du Vatican. Sans aller jusqu’au roman scientifique, j’aurais apprécié voir cet aspect plus développé là où il n’est qu’effleuré. J’ai davantage eu le sentiment de me retrouver au cœur d’un complot qui, s’il ravira les amateurs du genre, m’a laissé sur ma faim.

Côté personnages, il sont nombreux et si certains ont pris corps, pour d’autres, là encore, il m’a manqué du relief.

Malgré tout, j’ai appris certaines choses, l’existence supposée du chronoviseur, de même que la création de cette machine dans l’esprit d’Asimov bien avant que Majorana ou Ernetti ne se penche dessus . Supposée, parce que bien que ce roman soit inspiré de faits réels, l’existence de la machine en elle-même reste très controversée.

Construit comme un thriller, La machine Ernetti devrait combler les amateurs du genre. Plus proche du Da Vinci Code ( Dan Brown) que de La formule de Dieu ( JR Dos Santos), c’est un roman efficace pour embrasser les théories complotistes et en tout cas passer un moment de lecture agréable. Personnellement, c’est la frustration qui m’a étreint en fin de lecture. Je m’attendais à plus de profondeur et ce tant sur les aspects scientifiques, que sur l’histoire dans sa globalité. Autant dire qu’une centaines de pages supplémentaires ne m’auraient pas déplu et ce pour permettre à l’auteur de développer davantage son histoire et ses personnages.

La machine Ernetti ne m’a certes pas convaincue mais si vous aimez les romans où complots et secrets s’entremêlent, vous devriez être ravis.

La machine Ernetti, de Roland Portiche est paru le 01 avril 2020 aux éditions Albin Michel.


7 réflexions sur “La machine Ernetti, de Roland Portiche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s