Les trois vies de l’homme qui n’existait pas de Laurent Grima

C’est dans un ventre féminin que débutent nos vies terrestres. Quoi qu’on en dise, on en est marqué à jamais, et c’est un peu de ces « elles » qui nous permet de voler. Lamartine n’avait-il pas dit « qu’il y avait une femme à l’origine de toutes les grandes choses » ? 

Chronique d’une plongée au cœur de nos racines

Tino n’existe pas ! Tombé du ciel il y a près de trente-cinq ans, son père, un marginal sans nom porteur d’un lourd mystère, a oublié de le déclarer à l’État-Civil. Ils vivent tous deux à la périphérie de la civilisation et de ses dangers, sans autre identité que leur statut fragile de vendeurs nomades à la sauvette. Mais un jour, le patriarche meurt, laissant Tino seul face à un immense défi : s’inscrire dans le monde des hommes, en respectant la promesse qu’il lui avait faîte un jour de vivre plusieurs vies !

Lu dans le cadre du prix des auteurs inconnus 2019, Les trois vies de l’homme qui n’existait pas est une très belle découverte. Il faut savoir qu’avant de choisir les cinq finalistes, nous n’avions, pour nous décider, que les couvertures, les accroches et un extrait de dix pages. Et cette couverture m’a appelée. L’idée de voyage, de racines et de construction m’avaient touchée et pour le coup, ce dessin est en total adéquation avec le thème central de cette histoire : les racines. Nos racines.

Qui sommes nous ? D’où venons nous ? En quoi est-il important de le savoir ? Comment peut-on grandir et se construire sans connaître nos racines, nos origines ? Ces questions sont d’une telle importance, que certains professionnels se sont spécialisés dans le domaine : les psychogénéalogistes.*

Dans ce roman tout en émotions et en humanité, l’auteur, au travers des trois vies de son héros, nous entraîne dans un voyage haut en couleurs, écrit à l’encre de la chaleur humaine. Un voyage sous forme de conte philosophique, à portée initiatique.

Enfants de Gaïa, nous oublions trop souvent que sans Elle, nous ne serions pas. Voilà un autre des thèmes abordé dans ce roman riche en réflexions sur le deuil, la parentalité, l’amour, nos modes de consommation. Un roman au cœur duquel sont nichés de vrais thèmes de société.

Côté style, fluidité et poésie sont au rendez-vous, de même qu’un aspect très visuel et un humour fin qui a fait naître de grands sourires sur mon visage pendant ma lecture.

Enfin, dans ce roman écrit avec beaucoup de générosité, où l’on a le sentiment que l’auteur a souhaité DONNER avant de RECEVOIR, j’ai rencontré Tino et je pense faire encore un bout de chemin, in petto, avec lui…

Pour rappel, ce roman de Laurent Grima, publié le 08 juillet 2019, a été lu dans le cadre du PAI 2019.

Lien facebook : https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

Lien insta: https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

Lien twitter: https://www.twitter.com/prixdesai

*La psychogénéalogie : La psychogénéalogie est une approche thérapeutique qui ouvre sur le monde de nos origines à partir de la place que nous occupons dans notre famille, en se référant aux informations généalogiques et à la mémoire familiale afin de comprendre l’impact psychologique sur la descendance, d’événements douloureux qui se sont produits dans les générations précédentes (source : psychogénéalogie.com)


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s