Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang de Laurine Valenheler.

À leurs yeux la perfection était une insulte, celle qu’on ne prononçait jamais, pas parce que c’était interdit mais parce qu’on savait qu’elle rendait la vie moins belle. Dans la famille Brin d’folie, on militait pour le droit à l’imperfection, pour tout le monde et tous les jours de la vie.

Chronique qui pique…

Au cœur de l’hiver 2017, quatre ans après les débats sur le projet de loi « Mariage pour Tous », plusieurs couples d’hommes sont retrouvés morts en petite couronne de Paris. Sur les scènes de crime, la signature marque les esprits : entre les corps des victimes sont retrouvés des triangles de tissu, roses comme le symbole de la persécution des homosexuels sous le IIIème Reich.
Pour l’équipe de Maël Néraudeau et Yohann Folembray, lieutenants à la Section criminelle du SDPJ 94 et partenaires à la ville comme à la scène, le compte à rebours est lancé. Le mot d’ordre est sur toutes les lèvres, y compris celles de la presse : mettre la main sur l’assassin et enrayer la vague de folie meurtrière.

Ce qui va suivre a mûri tout au long de ma lecture. Je n’avais pas retenu ce roman dans ma sélection. Dès les dix premières pages, je savais que nous n’étions pas fait pour nous entendre et cet avis s’est confirmé au cours d’une semaine de lecture laborieuse.

Le sujet traité m’intéressait, fervente défenderesse du mariage pour tous, j’étais curieuse de voir comment Laurine allait insérer son message dans son intrigue. Le hic, et c’est ce qui a consommé mon divorce avec ce livre, c’est que Laurine qui voulait faire preuve de réalisme, tout en écrivant une fiction, a fait d’énormes incohérences policières. Alors je sais, vous allez me dire c’est de l’imaginaire, que je suis chiante avec ce genre de choses sauf que, en postface l’auteur mentionne sa volonté de réalisme mais aussi, dans sa bio, qu’elle a travaillé en commissariat. Alors oui, j’ai été chiante parce que je pense qu’ayant travaillé au sein de nos institutions, ces erreurs, qui ne sont pas des détails, n’auraient pas dû exister.

Alors les détails, parlons-en. Pour s’insérer dans cette réalité souhaitée, Laurine nous en donne beaucoup… trop… et ils sont souvent faux: jamais un élève gardien de la paix taperait dans le dos un officier en le tutoyant, ils ne passent pas des mois de stage dans le même service et surtout pas en PJ, la gendarmerie n’est pas compétente à Joinville-le-Pont, en flag c’est le proc qui dirige l’enquête, on ne fait pas de menace à un Préfet de Police etc… etc… Ayant travaillé chez nous, je regrette que l’auteur ne se soit pas tourné vers des collègues pour s’assurer de ces aspects techniques. Si on les enlève tous, le livre est réduit d’un tiers, et l’histoire se tient quand même, et ce sans difficultés. Elle gagnerait même en intensité. La foultitude d’éléments casse le rythme et j’avoue que je n’ai jamais pu entrer pleinement dans l’histoire.

Autre point qui m’a fait bondir, j’ai eu le sentiment que la majorité des policiers étaient des fachos homophobes. Je sais bien que ce sentiment est sans doute lié à la manière dont j’ai lu le roman, avec mon regard policier, mais ça m’a blessé. Les homophobes chez nous existent oui, comme partout, mais ils se font discrets. Il existe dans notre institution une association, Flag, qui passe dans les écoles de police pour sensibiliser les futurs policiers. Si nous avons eu nos heures sombres, notre métier a beaucoup changé et les mentalités aussi.

Comme je le dis souvent, l’imaginaire n’a pas de comptes à rendre au réel, toutefois, Laurine a affiché cette volonté de réalité mais elle est passée à côté.

Connaissant l’auteur, je vous assure qu’écrire cette chronique m’est difficile, mais je me suis engagée en tant que jury du PAI, j’avais le devoir de lire le roman en entier et de donner un avis objectif.

De part les écueils cités supra, je suis totalement passée à côté de l’intrigue. Pour autant, Laurine a un vrai potentiel d’écriture. La plume est belle, soutenue (parfois trop au regard de l’histoire et du milieu choisi). Pas de faute de langage, syntaxe ou autre, bien au contraire.

Je pense que c’est un roman qui mériterait vraiment d’être retravaillé sur les aspects que j’ai évoqué, il gagnerait en puissance et aurait ce côté réaliste recherché par l’auteur.

Même si mon avis sur ce roman est dur, j’espère lire à nouveau Laurine, parce que vu son jeune âge et la qualité de plume, je pense qu’elle a un potentiel qui ne demande qu’à se révéler.

Si comme moi, vous êtes très pointilleux sur les aspects policier et le réel, vous risquez d’être déçus. A contrario, si cela ne vous dérange pas, pourquoi pas…

Pour rappel, ce roman de Laurine Valenher, publié le 17 mai 2019, a été lu dans le cadre du PAI 2019.

Lien facebook : https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

Lien insta: https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

Lien twitter: https://www.twitter.com/prixdesai


11 réflexions sur “Ils se marièrent et il y eut beaucoup de sang de Laurine Valenheler.

      1. Disons que si Laurine n’avait pas eu la volonté d’ancrer son roman dans le réel, j’aurais été peut être moins dur.
        Et puis tous les flics ne sont pas pourris, loin de là et j’ai été blessée, surtout avec ce qu’il se passe en ce moment

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s