La voix secrète de Michaël Mention

La littérature devrait-elle se réduire à une structure classique ? France, je te plains autant que ton conservatisme. Si j’avais le temps, je recommencerais mes « Mémoires » pour les écrire en argot et bousculer tes codes millénaires. Pourquoi me contenter d’une unique préface ? Le contentement est une résignation déguisée et j’ai toujours refusé de vivre au rabais.

Chronique d’un polar historique où passé et présent se font écho.

Durant l’hiver 1835, sous le règne de Louis-Philippe. Dans un Paris rongé par la misère et les attentats, la police enquête sur un tueur d’enfants, issus des quartiers miséreux. Tous les indices orientent Allard, chef de la Sûreté, et son adjoint vers Lacenaire, le célèbre poète assassin. Incarcéré à la Conciergerie, celui-ci passe ses journées à recevoir des visiteurs et rédiger ses Mémoires. Un autre crime se produit, révélant davantage de similitudes avec ceux commis jadis par Lacenaire.

Lire un roman de Michaël Mention, c’est avoir la garantie de passer un bon moment et surtout de retrouver une grande qualité de plume. Alors je vous l’accorde, ça fait un peu groupie, pour autant, vous me connaissez maintenant et vous savez que je reste objective, quel que soit l’auteur. Que ce soit un copain, une connaissance ou un ami, en matière de chronique, je suis incorruptible !

Dans La voix secrète, j’ai retrouvé avec plaisir le style de Michaël. Des phrases courtes, le plus souvent, une écriture dynamique et, bien que le sujet soit ici historique, il arrive à y mêler des réflexions plus personnelles et plus générales qui font écho à notre époque. Il utilise des images et métaphores sans en abuser, et le ton général ne sent ni la poussière, ni le vieux bois bien que nous soyons projetés en 1835 et 1836. Autre point fort de ce roman, sa construction, avec deux points de vue narratifs. Pour les uns, un narrateur omniscient, pour les autres, un Lacenaire sûr de lui, égocentrique, orgueilleux mais diablement intelligent. Les autres personnages ne sont pas en reste. Brossés avec soin, on s’attache à la bienveillance d’Allard et au mal être de Canler. Pas de description physique précise, en revanche, une plongée dans leurs psychés et leurs état d’âmes qui les rend « vivants ».

L’auteur profite de l’intrigue pour nous décrire l’intérêt de la science pour les criminels. Déjà, à l’époque, cette dernière se devait de tout expliquer. Si les méthodes nous paraissent dorénavant incongrues, il est assez amusant d’apprendre qu’une simple bosse pouvait vous définir en tant que tueur et si aujourd’hui les moulages ont laissé la place aux IRM, cette fascination pour le côté obscur de l’être humain demeure.

Autre interpellation, l’état de la société française de l’époque. Bien sûr, l’auteur n’a rien dénaturé, au contraire, il décrit le climat avec justesse, mais comme beaucoup d’entre nous, je pense que j’avais oublié à quel point l’ Histoire n’est qu’un éternel recommencement. Alors certes, je vous entends déjà me dire qu’il y a eu beaucoup d’améliorations, je vous l’accorde bien sûr. Mais comment ne pas voir dans cette France postrévolutionnaire des similitudes avec les débats sociaux actuels ? Privilégiés et nantis se battent pour conserver leurs avantages tandis que d’autres cherchent uniquement à survivre… La France « d’en bas » contre celle « d’en haut »… N’y voyez pas une position politique, juste une image générale. Je grossis le trait volontairement, toutefois, ce serait se voiler la face que de ne pas y trouver quelques similitudes, même si la République a vaincu la Monarchie… ( En 1836, nous sommes sous le règne de Louis-Philippe 1er qui sera visé par de nombreux attentats perpétrés par des républicains ).

Un des thèmes abordés au moyen de l’histoire: le choc post-traumatique et ses conséquences. Un sujet plus que jamais d’actualité. Au travers d’un personnage clef, Michaël décrit les conséquences d’un traumatisme d’ampleur et ce sans pathos, ni excès.

Côté intrigue, pas de doute, nous sommes bien dans un polar historique. Des meurtres, des policiers, un ou des tueurs (hors de question de vous révéler quoi que ce soit), et une enquête qui vous fera découvrir le Paris de l’époque et notamment la Conciergerie, Châtelet et ses halles…

Enfin, je dois vous avouer que le choix de l’extrait choisi pour cette chronique n’est pas anodin. Ecrire est un exercice difficile. J’ai souvent entendu « tu ne peux pas faire ça », « ce doit être comme ça »… Au diable le conservatisme, les règles vous enferment dans un carcan et font de vous des copies qu’on forme et déforme au point d’en perdre votre identité. Si vous écrivez, faîtes nous rêver. Libérez-vous des contraintes et emportez nous dans votre univers ! Ce choix, Michaël le fait pour ses romans. Si vous vous penchez sur son œuvre, vous verrez qu’il est un touche à tout et que, le plus souvent, il met dans le mille. Roman contemporain, polar historique, roman noir… Découvrir ses livres est un plaisir parce qu’il se renouvelle à chaque fois et ce pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

S’il fallait un dernier mot pour vous convaincre, La voix secrète est un polar historique à l’intrigue bien menée, une construction qui apporte rythme et tension narrative, des personnages bien campés et des thèmes plus que jamais d’actualité, le tout porté par la très belle plume de son auteur.

La voix secrète de Michaël Mention, paru le 01 janvier 2017 aux éditions 10/18.


4 réflexions sur “La voix secrète de Michaël Mention

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s