Katie Maguire de Graham Masterton

Lorsque les Irlandais parlent de « fées », monsieur Kelly, la plupart des gens pensent aux gentils leprechauns et autres farfadets de Finian’s Rainbow. Mais les fées d’Irlande sont bien autre chose. Elles étranglent les bébés en pleine nuit. Elles peuvent changer les hommes en chiens. Elles dansent sur la route devant vous lorsque vous êtes en voiture, pour vous empêcher de voir le parapet de ce pont ou ce camion venant dans le sens inverse, et lorsque vous le voyez, il est bien trop tard.

Chronique d’une rencontre

Seule femme de la police irlandaise ayant grade de commissaire, Katie Maguire est chargée de l’enquête sur l’assassinat d’une jeune femme dont le corps vient d’être retrouvé dans le champ d’une ferme isolée, même si corps n’est peut-être pas le terme exact : en fait il s’agit juste des os aménagés en une sorte d’autel, toute chair ayant été méthodiquement enlevée. Détail étrange supplémentaire, une poupée de chiffons est attachée au fémur… Le plus troublant est que, juste avant la Première Guerre mondiale, soit près de quatre-vingt-dix ans plus tôt. onze corps avaient été retrouvés dans la même ferme, eux aussi avec des poupées de chiffons accrochées aux fémurs des victimes…

Ce roman est celui d’une rencontre. Une rencontre avec la personne qui me l’a offert, Valérie, mais aussi celui de ma rencontre avec la plume de Graham Masterton. Et oui, je n’avais lu aucun de ses romans jusqu’alors.

J’ai découvert ses talents de conteur au travers d’un récit qui ne souffre d’aucune approximation. Les descriptions sont justes et percutantes. Très imagées, elles ont emporté mon imaginaire en Irlande, aux frontières de notre monde et de celui des fées. Non, pas nos gentilles fées, mais celles des Irlandais…

Masterton joue avec les codes, mêle habilement une enquête de police et son univers horrifique pour nous offrir un roman difficile à lâcher. Des chapitres courts, une tension constante, quelques litres de sang et me voilà partie pour des heures d’insomnie ! Il y avait longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir à lire.

Moi qui ne suis pas une habituée du fantastique ou de l’horrifique, je me suis fait quelques frayeurs en tournant les pages de ce roman qui s’achève avec une scène finale… mais chut, je ne voudrais pas vous gâcher le plaisir de la découverte.

En résumé, une vraie belle rencontre, un style remarquable et la promesse de passer d’autres heures de lecture, sous mon plaid, avec un auteur que je vais retrouver très vite…

Katie Maguire, paru le 25 septembre 2003 chez Fleuve Editions.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s